À propos

Le groupe est né en Juillet 1990 à Namur (Belgique) et a été créé à l’origine par quatre musiciens (le bassiste, la violoniste, le claviériste et le guitariste). Mais cette structure n’étant pas adaptée pour les concerts, deux musiciens supplémentaires sont incorporés (un batteur et un chanteur). La géométrie du groupe est restée inchangée dès lors. Après plusieurs mois passés à composer (à cette époque, le groupe n’était pas intéressé par les reprises), ils décident de tenter leur premier concert. Même si leur musique était un peu trop linéaire et maladroite, le public s’avéra être plutôt attentif. Cela les encourage à continuer à travailler leur musique en la rendant plus complexe et émotionnelle. Cette expérience scénique leur amena une meilleure compréhension de ce qu’ils faisaient et ce qu’ils voulaient faire.

En Février 1992, ils enregistrent leur première démo dans une vieille maison dans la campagne namuroise. Le paysage paisible, la promiscuité et l’enregistrement live ont influencé le travail d’ensemble. Ils ont également joué un rôle essentiel dans l’atmosphère qui émane de ces chansons. Afin de garder l’aspect inattendu de l’enregistrement, ils ont décidé de ne pas nommer l’enregistrement, en donnant simplement le nom du groupe. La presse accueillit cette démo comme l’une des contributions les plus originales issues de musiciens amateurs cette année.

Lentement mais sûrement, le nombre de concerts augmenta. Ils commencent dès lors à jouer sur différentes scènes (que ce soit des clubs ou des festivals). Leur musique devient moins linéaire et atteint une meilleure précision ainsi qu’un meilleur équilibre entre l’étrangeté et l’harmonie. Le large éventail d’influences musicales amené par les musiciens est utilisé d’une manière plus sensible. La seconde cassette démo 8-pistes « Babel » est enregistrée en Février 1993 au même endroit. Ce fut leur première « véritable » expérience studio.

En Juin 1993, le groupe remporte le concours VERDUR’ROCK. Cet événement leur permet de jouer à l’étranger (en Irlande du Nord et au Canada) et les encourage à produire leur premier CD.

Une nouvelle période commence avec plusieurs premières parties (And Also the Trees, Miranda Sex Garden, Collection d’Arnell-Andrea, The Legendary Pink Dots) et des festivals de plus grande ampleur. C’est alors qu’ils décident d’améliorer l’aspect visuel de leurs concerts en y ajoutant des projections de films et des diaporamas. Le groupe a toujours pensé que non seulement les oreilles, mais aussi les yeux devaient être pris en compte dans leur imaginaire musical.

En Février 1994, ils entrent en studio pour enregistrer à la fois un maxi-single et leur premier album. L’e.p. « Sir the Morning » sort en Juin 1994 alors que l’album est encore au stade du mixage. Mixage réalisé en Novembre 1994 par Gilles Martin au Studio Caraïbes à Bruxelles. Gilles Martin (qui a aussi travaillé avec dEUS, Tuxedomoon, Dominique A, Bel Canto, ainsi que Minimal Compact, entre autres) ajoute sa propre sensibilité à leur travail. Le CD « Eva King » sort en Février 1995.

À l’automne 1995, après la tournée de promotion du CD, ils décident de ralentir leurs activités scéniques pour se concentrer plus particulièrement sur deux nouveaux projets. En effet, ils avaient déjà compris que leur musique pouvait être utilisée pour des spectacles de théâtre. C’est à ce moment qu’ils participent à la conception de la musique pour l’adaptation de « Silence » à Namur en 1994), une pièce tirée de la bande dessinée de Didier Comes.

Plusieurs nouvelles collaborations plus complètes commencent cette année avec des compagnies de théâtre. Parmi les réalisations les plus accomplies, on peut citer la composition et l’interprétation live de la musique d’accompagnement de la pièce « Combien coûte le fer? » de Bertolt Brecht. Cette pièce a été jouée pendant près de deux ans partout en Belgique depuis la « première » jouée à Namur.

Le second projet concerne leur implication humanitaire dans la «reconstruction» de la Bosnie-Herzégovine après la guerre. Ils ont en effet été invités par l’ONG belge « Ecoliers du Monde » pour accompagner une de leurs missions humanitaires à Sarajevo et Gorazde, en avril 1997. L’objectif était de divertir les enfants et de réaliser de petits projets musicaux avec des adolescents victimes de la guerre dans différents centres gérés par des ONG françaises (Équilibre, Solidarités, France-Libertés) autour de ces deux villes. Ce voyage leur a donné l’occasion de jouer dans plusieurs clubs pendant leur séjour. Le premier contact avec Sarajevo et sa population a eu un tel impact émotionnel sur les musiciens et les enfants qu’ils ont décidé de retourner en Bosnie en Juillet 1997 et de continuer leur travail.

À leur retour, la violoniste décide de partir en Palestine. Le groupe tentera de retrouver la flamme durant de longs mois, mais n’y arrivera jamais.

Publicités